Adopter un mode de vie Zéro déchet

Le zéro Déchet : un mode de vie

Il me tenait à cœur depuis longtemps de vous faire un article sur le Zéro Déchet, et le voici enfin ! Étant devenu plus qu’un mode de vie, le 0 Déchet s’apparente plus aujourd’hui à une valeur que j’essaie de partager au quotidien. Vous êtes nombreux à vous interroger sur mes habitudes de vie et les difficultés que cette pratique peut entraîner. J’ai donc décidé de répondre aux questions qui me sont le plus souvent posées. 

 

Comment définis-tu le Zéro Déchet ?

Aujourd’hui, les pratiques, les convictions et les valeurs de chacun sont partagées via Internet et les réseaux sociaux en particulier. Les informations sont trop nombreuses et fréquentes pour savoir dissocier les différents mouvements qui s’opèrent dans notre air du temps. Végan, bio, 0 Déchet… Il ne faut pas tout mélanger ! Le 0 Déchet c’est un mode de vie qui permet concrètement de ne faire aucun déchet. Que ce soit au niveau alimentaire, énergétique ou lors d’une création, c’est essayer de ne rien gaspiller 

 

Pourquoi avoir choisi ce mode vie? Qu’est-ce qui te touche particulièrement dans cette démarche ?

Bizarrement, c’est plutôt le mode de vie qui est venu à moi ! En 2015, je regardais mon fil d’actualité Facebook lorsque je suis tombé sur un article qui parlait du zéro Déchet illustré avec des images très choquantes. Des tortues déformées à cause du plastique, des animaux pris au piège dans des ordures. Les photographies m’ont tellement effrayé que ça a été comme un déclic. Je ne supportais pas qu’il y ait autant de souffrance humaine et animale engendrée par une chose possible à contrôler : les déchets.

Je me suis tout de suite renseigné sur les solutions qui existaient pour éviter un tel massacre. C’est à ce moment que j’ai compris que le 0 Déchet n’était pas une option, mais nécessaire. J’ai alors acheté le livre Zéro Déchet de Béa Johnson, et j’ai été très étonnée de voir que les astuces décrites étaient faciles à mettre en place au quotidien. Pour tout vous dire, en 2015, c’était moins facile, il n’y avait que les biocoop et le vrac n’était pas encore très répandu. Mais aujourd’hui, tous les moyens sont mis à disposition pour accéder à cette démarche facilement. Tout le monde peut le faire !

 

Pour où as-tu commencé ?

Il y a eu un très long moment de recherche où j’ai mis bout à bout toutes les informations cohérentes sur le 0 Déchets pour en faire une organisation logique au quotidien. D’ailleurs, cette organisation ne fait que d’évoluer au fil des années ! La première étape à quand même été de lire le livre de Béa Johnson pour avoir une idée détaillée. Par la suite, je n’ai pas fonctionné par étapes, ou par pièce de la maison. J’ai tout appliqué d’un coup. Du jour au lendemain, il n’y avait plus de coton tiges, plus de film plastique, plus de shampoing en bouteille chez nous. Le tournant a été radical, mais ce ne sont que des habitudes qui peuvent améliorer votre quotidien et (en plus) vous faire faire des économies !

 

Quelles actions concrètes as-tu mis en place au sein de ton quotidien ?

Tout d’abord j’ai commencé par appliquer la règle des 5R pour m’aider au mieux dans ma démarche.

 

Puis ensuite, les habitudes sont venues d’elle même ! Je vous ai fait là une petite liste des choses à facilement mettre en place dans votre quotidien pour un mode de vie sans Déchet

 

 

Utiliser trois poubelles pour faire un tri sans faille ! 

Oublier le sopalin, les serviettes en tissu sont réutilisables à l’infini.

 

Utiliser des bocaux en verre pour les denrées non périssables tel que le riz, les pâtes, les lentilles ou les céréales. Une fois les bocaux vides, vous pouvez aller les remplir grâce au vrac mis en place dans les supermarchés. Ainsi, aucun déchet d’emballage. 

Lors de mes courses, je ne prend pas de sac plastique aux fruits et légumes, je mets tout dans un  tote bag avec l’étiquette sur le fruit lui-même ou sur le lien du sac en tissu. 

Les films plastiques sont à bannir de la cuisine, un récipient en verre fait aussi bien l’affaire. 

Même si certains seront réticents, les mouchoirs en papier sont vraiment un gaspillage conséquent, les mouchoirs en tissu sont plus en adéquation avec la démarche. 

Fabriquer votre déodorant, il n’y a rien de plus simple et de plus efficace.

Voici la recette magique :

– 6 grammes de cire d’abeilles
– 42 grammes d’huile coco
– 35 grammes de bicarbonate de soude
– 15 grammes de fécule de maïs
– 20  Gouttes d’huiles essentielles de palma rosa

Pour la lessive, je ne conseille pas de la faire soi-même, le résultat n’est pas très efficace et peut endommager pour machine à laver. Par contre, vous pouvez toujours opter pour des balles de lavage ou de la lessive en poudre (qui consomment moins d’eau que les lessives traditionnelles) vendues dans des boîtes en carton réutilisable ou recyclable. En deuxième solution, il est maintenant possible de prendre sa lessive en vrac, il suffit de venir avec votre contenant. Autre petit conseil pour la route : pas besoin de mettre de lessive lorsque vous programmer à 90 degrés ! 

Je suis aussi passée au liquide vaisselle en vrac, j’ai mon petit pot que je remplis dès que j’en ai besoin. Et je n’achète plus aucune éponge individuelle, j’ai pris des éponges micro fibres qui ce lave à la machine et sont donc réutilisables. 

Pour les nappes je n’utilise que des vieux draps que j’améliore à ma manière avec une jolie décoration. Le rendu est très vintage !

N’ayant que des nappes en tissu, j’ai bien sûr besoin d’un bon détachant ! J’utilise du percarbonate de soude qui élimine toutes les tâches !

J’utilise bien évidemment un savon et un shampoing solide pour éviter le gaspillage de bouteille en plastique.

Pour les papiers cadeaux, j’utilise que du papier kraft ! Il est recyclable. Bien sûr, vous avez les nouvelles méthodes Furoshiki mais cela ne marche que si vous utilisez des tissus que vous avez chez vous. Il ne s’agit pas d’en acheter encore ! 

J’essaie au maximum d’acheter ma décoration dans les brocantes ou les dépôts vente. Si j’achète neuf c’est que je sais que c’est quelque chose qui va me durer beaucoup dans le temps. Bien évidemment lorsque je n’en ai plus l’utilité, je ne jette pas ! Je revends. 

Et lorsque vous avez des démarches créatives, pensez aux déchets aussi ! Surtout au niveau du tissu. Si vous entreprenez de faire des cotons démaquillants par exemple, faites les en forme de carré et non de rond pour ne pas faire de chutes inutiles. 

 

 

Quelles difficultés as-tu rencontrées dans la mise en place du 0 Déchet ?

Je crois que ce qui a été le plus difficile, c’est le changement d’habitudes pour ma famille. Beaucoup de choses ont changé radicalement et certaines étaient plus difficiles que d’autres. Mon mari, par exemple, ne s’est jamais fait au savon solide et mes enfants ont eu du mal à passer à la pâte à tartiner au lieu du Nutella. Je culpabilisais un peu de leur imposer autant de changements, mais aujourd’hui toute la famille en voit les bénéfices, c’est certain ! J’ai fais le choix de ne pas créer de frustration, par exemple on continu de manger des avocats mais c’est occasionnel !

Autre petit problème : les mites alimentaires… Aie Aie Aie… L’angoisse ! Pas de panique, lorsque vous prenez comme moi en vrac il y a une solution qui ne présente aucune faille : la congélation. Après avoir acheté mes produits, je les congèle pendant 24/48h pour les remettre ensuite dans leurs pots en verre, comme ça, plus de problème de petites bêtes !

 

Quel changement a été le plus difficile à réaliser ?

Sans parler de ma famille, je pense que le plus gros changement pour moi a été l’hygiène féminine. Bien sûr, aujourd’hui, de nombreuses solutions s’offrent à nous, mais il y a encore quelques années de ça, ce n’était pas le cas. Je supportais très mal la cup et je trouvais que même les serviettes et tampons biologiques produisaient finalement aussi des déchets. J’ai donc opté pour la culotte menstruelle, aucun déchet, confortable et réutilisable à l’infini.

 

Quels bénéfices du 0 Déchet vois-tu aujourd’hui au quotidien ?

Il y a beaucoup de bénéfices à ce mode de vie ! Premièrement, savoir qu’on consomme bien et logiquement sans pousser la planète et ses êtres vivants à bout de souffle est une grande victoire. Je ne veux pas participer à cette consommation déraisonné. 

Deuxièmement, je fais beaucoup d’économie. On s’imagine toujours que consommer bio c’est cher, mais c’est une erreur. En prenant les produits en vrac ou en seconde main, le budget revient finalement à moins cher et c’est meilleur !! On mange beaucoup mieux à la maison depuis tous ces changements. 

Dernièrement, cela rajoute un petit challenge au quotidien. J’adore réfléchir sur les nouvelles solutions que je peux mettre en place pour ne pas générer de déchets. J’ai d’ailleurs appliqué ce mode de vie à mon travail en ne réalisant que des patrons Zero Waste Fashion pour mes robes. Je vous parlerai de cette nouvelle méthode dans mon prochain article !

As-tu des choses que tu aimes faire plus que d’autres dans ces petites habitudes 0 Déchet ? 

J’ai une petite astuce secrète que j’aime particulièrement réaliser, en effet ! Lorsque j’achète des avocats (ce qui est rare), je congèle les peaux et lorsque j’en ai assez je les broie à l’aide d’un dans le Thermomix. Cela me donne une teinture d’un rose pâle et lumineux. Je peux ensuite teindre mes serviettes, mes nappes ou mes rubans de soie. Le rendu est magnifique ! Ça fonctionne aussi avec les peux d’oignons.

Les crédits

Icônes conçues par Flaticon

1 commentaire sur “Le zéro Déchet : un mode de vie

  1. Colas Nelly dit :

    Super article et bien détailler je vais commencer par acheter le livre et me mettre à faire un peu plus encore dans le zéro déchet à la maison j’ai déjà quelques reflex comme toi détaillé sur ton article et pourquoi pas continuer suite à ton blog. Merci de ton expérience et du partage.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.