la consommation d'eau entraine un impact sur l'environnement

L’impact de la consommation d’eau sur l’environnement

La Question de la consommation d’eau

Comme vous le savez déjà, je me suis beaucoup sensibilisé ces dernières années à la thématique de l’environnement et de l’écologie. Cette réflexion m’a permis d’en faire une valeur personnelle et professionnelle au quotidien. Pour l’année 2022, c’est aussi une de mes résolutions, bien évidemment. Toujours aller un peu plus loin dans ma démarche écologique. Et l’année 2022 sera sous le signe de l’eau

Plusieurs questions peuvent être soulevées lorsqu’on parle d’environnement : les déchets, la pollution, la surconsommation etc. Mais je trouve qu’on ne nous sensibilise pas assez sur notre consommation d’eau et l’impact que cela peut avoir sur notre planète. Que ce soit dans notre quotidien avec nos proches, dans le milieu professionnel ou dans les industries, le gaspillage est lourd en conséquences. 

Même si nous vivons sur la planète bleue constituée à 72% de lacs, de rivières, de mers ou d’océan, toutes ces ressources ne sont pas utilisables pour la consommation de l’homme. En effet, seulement 0,7% de l’eau disponible sur Terre est propre à la consommation. Elle provient principalement des nappes phréatiques ou des réservoirs naturels et artificiels. Au vu de la consommation de nos ménages et de nos foyers, l’épuisement de cette ressource est un sujet important. 

 

L’impact de la consommation d’eau dans les foyers

 

Premièrement, nous consommons beaucoup d’eau dans notre quotidien. On laisse l’eau couler pendant qu’on se shampouine, pendant qu’on se brosse les dents, en faisant la vaisselle ou en tirant un peu trop de fois la chasse d’eau. En moyenne, selon Le Parisien, pour 5L d’eau utilisée, 1L d’eau est gaspillé en milieu urbain et 2L en milieu rural. Bien que le gaspillage soit déjà élevé pour la ville, le milieu agricole est encore plus gourmand en eau. En effet, il faut environ 50 L d’eau pour produire un kilo de viande bovine française. Finalement, nous mangeons plus d’eau que nous en buvons. 

 

« En Europe, notre génération consomme 8 fois plus d’eau que celle de nos grands-parents ». – Marillys Macé, directrice du Centre d’Information de l’Eau

 

A cela, s’ajoute le problème des fuites. Il n’y a pas assez de moyens logistiques pour pouvoir toutes les réparer et les éradiquer. Environ 20% de l’eau totale utilisée est liée à des fuites

Ensuite, les bouteilles d’eau en plastique sont aujourd’hui très appréciées des ménages car elles garantissent une eau de bonne qualité pour la santé. Cependant, leur impact environnemental est bien trop important pour ne pas préférer l’eau du robinet. Il existe aujourd’hui des très bonnes carafes qui filtrent l’eau et qui n’engendrent aucun effet négatif sur la planète.

Enfin, le plus gros problème vient surtout du réchauffement climatique. En effet, avec la hausse des températures, les cours d’eau et les nappes phréatiques s’évaporent plus vite. D’ici 2060, elles auront diminué de 20 à 30% ! L’augmentation de la population étant exponentielle, le manque d’eau potable n’est plus qu’une question d’années. 

 

L’impact de la consommation d’eau dans l’industrie textile

La confection d’un vêtement peut avoir un impact considérable sur la consommation et la pollution de l’eau. L’industrie du textile ne fait pas souvent attention à ces deux critères très importants pour l’environnement et nos écosystèmes. 

 

  • La consommation d’eau :  La matière la plus utilisée pour la confection d’un vêtement est le coton. Or, cette fleur demande beaucoup d’eau et d’énergie afin de la cultiver. 

 

“ 1 tonne de coton correspond à 65 000kWh d’électricité et 250 000 litres d’eau. “ – The True Cost

 

Cette agriculture gourmande en eau entraîne l’assèchement des ressources naturelles a des conséquences aussi bien sur l’environnement que sur le paysage des régions alentour. L’Aral Sea, situé en Uzbekistan, a été totalement asséché en seulement 36 ans. De 1977 à 2013 l’eau du lac à complètement été détourné pour l’irrigation continuelle des plants de coton dans les environs. L’homme a réussi à assécher le plus grand lac du monde et à y détruire tout l’écosystème de cette vaste zone. 

Il existe aujourd’hui des alternatives comme le coton bio qui consomme 91% de moins d’eau que le coton classique. Les cultures biologiques sont encore en nombre inférieurs, mais elles commencent a se developper de plus en plus.

 

  • La pollution des eaux : Afin de rendre le vêtement design et “à la mode”, il faut lui appliquer des étapes d’ennoblissement. Ces étapes consistent à délaver ou à teindre le vêtement. Les produits chimiques utilisés pour sa confection sont ensuite rejetés dans nos mers, nos lacs et nos rivières. Le Bangladesh verse à lui seul 56 Billions d’eau contaminée par année, ce qui est suffisant pour remplir 22 500 piscines olympiques. 

 

“Les traitements chimiques utilisés tout au long du processus de production des textiles sont responsables de 17 à 20% de la pollution des eaux.” – The True Cost

 

Dans les 10 à 15 ans à venir, soit dès 2030, la demande en eau va excéder de 40% sa capacité quantitative. C’est pour cela qu’il est important aujourd’hui de réagir et de trouver des solutions créatives contre cette surconsommation d’eau et à sa pollution. 

 

Les solutions de Laetitia

Dans votre quotidien, vous pouvez avoir des petites astuces toutes bêtes à mettre en place afin de limiter votre consommation d’eau. 

 

  • Un économiseur d’eau : ces embouts sont très pratiques et font économiser jusqu’à 50% d’eau et aussi de l’énergie ! Il en existe plusieurs modèles aussi bien pour les douches que pour les robinets.  

 

  • Des douches plus courtes : lorsqu’on ouvre un robinet on fait bien attention  de ne pas le mettre sur un trop haut débit et de ne pas gaspiller. On coupe l’eau lorsqu’on se savonne ou lorsqu’on se brosse les dents. La moindre goutte a son importance ! 

 

  • Essayer d’acheter des produits électroménagers économes (A+++). Vous avez une étiquette sur chacun d’entre eux qui vous renseigne sur leur consommation énergétique. Vous pouvez aussi préférer des cycles courts, ce qui économisera toujours un petit peu plus d’eau. 

 

  • Afin de limiter le gaspillage d’eau, vous pouvez par exemple arroser vos plantes avec de l’eau déjà usagée ! Par exemple l’eau de rinçage ou de cuisson des légumes. 

 

  • Faites attention aux fuites d’eau qui peuvent représenter beaucoup de gaspillage inutile. Traiter les rapidement car elles représentent jusqu’à 14% de la consommation d’eau d’un ménage selon l’Ademe.

 

  • Essayer au plus de boire l’eau au robinet plutôt qu’en bouteille. La consommation d’eau en bouteille entraîne une surcharge de déchets plastiques inutiles. A cela, s’ajoutent les ressources nécessaires pour la production d’une bouteille. Il est préférable aujourd’hui de boire l’eau du robinet. Il existe de très bonne carafe d’eau filtrante ! 

 

  • Essayer de manger moins de produits animaux comme la viande bovine ou le porc et plus de légumes ou de céréales qui consomment moins d’eau et d’engrais. 

 

  • Vous pouvez aussi essayer d’acheter plus de vêtements en seconde main. Il existe aujourd’hui de très bonnes friperies ou des dépôts de vente intéressants pour la mode. Cela vous aidera à réduire votre “empreinte eau textile”.  

 

Il faut bien comprendre que  c’est aussi dans ce genre de démarches que l’on peut donner l’exemple pour un monde meilleur. Même si ce ne sont pas nos petits gestes du quotidien qui vont révolutionner le système, ils participeront à la prévention de notre planète

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.